Blogs

Building Information Modeling : une continuité critique de la donnée

Entre information et modélisation, comment assurer la transmission de toutes les données ?

Le BIM et sa part de perte de données

Depuis sa démocratisation, le BIM a connu un vrai essor.

A la composante informationnelle, l’outil a ajouté un aspect dynamique qui séduit massivement les parties prenantes. Représentation graphique et données travaillent en synergie pour que l’information soit valorisée à chaque étape.

Cependant, malgré le succès de la modélisation intelligente et du travail collaboratif introduits par le BIM, on constate encore des pertes de données tout au long des projets. Ces pertes sont la raison d’un bilan parfois mitigé du BIM par les utilisateurs.

La déperdition de données se produit essentiellement durant les transitions entre les phases clés de la vie du projet. En effet, planification, conception, construction et exploitation sont encore souvent perçues comme des étapes distinctes, qui n’exploiteraient pas la même data. Au point de contact entre ces étapes, une partie de l’information n’est donc pas transmise malgré son utilité. Elle reste alors au seul usage des intervenants qui l’ont générée.

En effet, malgré l’essor du BIM et les discours sur l’importance de l’Information, les processus sont encore aujourd’hui essentiellement basés sur la modélisation, parfois au détriment d’une gestion efficace des données. Si le modèle numérique facilite la compréhension de l’information, il n’en intègre pas tous les aspects. La diversité d’intervenants et de formats de données tout au long d’un projet nécessite pourtant une attention particulière à l’information elle-même et son utilité.

Se basant sur les Asset Information Requirements, données requises par le commanditaire pour la bonne exploitation du bâtiment, les parties prenantes apportent une contribution et des méthodes qui leur sont propres. Entre concepteurs, ingénieurs et constructeurs, les approches diffèrent et aboutissent à des données hétérogènes, difficiles à consolider et donc à transmettre dans le temps.

L’unification intelligente des données a donc une double utilité : d’une part, le respect des contraintes de départ, et d’autre part, une meilleure transmission et exploitation de toutes les données utiles. Cette unification nécessite non seulement des outils adaptés, mais aussi une prise de recul sur la donnée.

 

Appréhender la donnée de manière plus globale grâce à la Construction Intelligence

Afin de réduire les déperditions de données liées au BIM et d’unifier les formats, il est nécessaire d’envisager la donnée durant tout son cycle de vie. Celle-ci doit être plus réutilisable, capable de passer par des logiciels métiers différents en conservant son intégrité.

La tâche est de grande ampleur : il est nécessaire de construire un écosystème dans lequel circulera la donnée. Les processus ne suivent pas une voie linéaire : au contraire, la donnée fait l’objet de nombreux flux, transportés d’un intervenant à l’autre. Toutes les informations — graphiques ou textuelles — doivent donc pouvoir être converties et connectées de manière dynamique afin d’être exploitées par tous en temps réel.

La traduction de la donnée est d’autant plus importante que chaque métier emploie ses propres codes, normes et formats. Idéalement, un document donné devrait être exploitable de plusieurs manières : sous forme graphique pour les métiers de la conception, mais également transformable en une liste de matériel ou de tarifs fournisseurs pour les prestataires de la construction.

On peut ainsi envisager des formes très nombreuses pour la donnée non modélisée, véritable socle des projets de construction. Par ailleurs, la structuration de la donnée permet à tous les intervenants de contribuer facilement au projet, même lorsqu’ils ne disposent pas d’une solution BIM.

Building Information Modeling : L’interopérabilité comme source d’économies

Prendre l’interopérabilité comme base de travail permet une économie d’efforts, mais aussi de coûts.

Parmi les premiers éléments à mettre en place, l’Environnement de Données Commun est un indispensable. Dans celui-ci sont collectées et unifiées toutes les données d’un projet. Cette base de données centrale permettra notamment de se conformer aux AIR du commanditaire dès les prémices, en s’appuyant sur une information complète.

Les projets doivent également s’appuyer sur des solutions de transport automatisé de la donnée entre métiers. Grâce à des connecteurs adaptés, les outils métiers deviennent interopérables, révélant plus facilement les synergies entre processus. Bon nombre d’étapes superflues peuvent ainsi être éliminées, avec un impact positif sur le respect des délais et, bien sûr, sur les coûts.

Ainsi alimentée par une donnée complète et exacte, la modélisation du projet via un jumeau numérique prend tout son sens. La maquette digitale est alors cohérente à tout moment avec la réalité du terrain.

Enfin, un point souvent négligé est la préparation des données dans une optique d’exploitation. Cette phase de la vie du projet, aussi essentielle que coûteuse, doit être anticipée.

C’est pourquoi une transmission complète des données au fil du temps est nécessaire : les équipes de maintenance doivent pouvoir regarder en arrière et connaître l’historique de la construction et des précédentes maintenances. Outre le gain de temps généré, la préparation des données en vue de l’exploitation permet de valoriser les étapes de conception et de construction et d’obtenir une maintenance plus qualitative. La consolidation globale des données est, enfin, une opportunité de prendre de meilleures décisions lors des projets futurs et d’accélérer la réalisation des grands projets de construction.

La plateforme de construction intelligence de thinkproject prend en compte tous ces enjeux d’information en proposant une chaîne de digitalisation complète sur la durée du projet, mais aussi une consolidation intelligente en vue de la réutilisation des données. Cette solution concilie des visions à la fois technique, financière et contractuelle du projet grâce à différents modules activables et interconnectés. L’objectif : fournir une vision à 360° de l’information. Ce « capital données » bénéfice à tous les intervenants, de la conception à la fin de vie du bâtiment.

Abonnez-vous à notre newsletter

Loading

Blog

Les essentiels : Système de gestion de la qualité pour la construction (QMS)

La réussite de tout projet de construction repose sur le triptyque - coût, délais, et qualité. Adoptez un système de gestion de la qualité (QMS) adapté à vos process.

Market insights

Guide

La checklist pour choisir son EDC

L'environnement commun de données (EDC) est un composant essentiel à la réussite de tout projet d’architecture, d'ingénierie et de construction (AECO). Mais quel EDC est le plus adapté à votre projet ?